27/11/2011

Inauguration de l'école


Dès l'aube une vraie fournilière s'affère dans le village dans un brouhaha sourd.

Les hommes préparent les tribunes, vont chercher le bois qui servira à cuisiner, les feuilles de bananier et de cocotier qui serviront de décoration ou encore de récipient, des cordes, deux et mats pour la levée des drapeaux.

Tous fiers les enfants vont cueuillir des fleurs, leurs paniers sont garnis de bouquets multicolores.De leur coté les femmes confectionnent toutes sortes de "moukarys" gateaux locaux à base de farine de manioc , de coco, de riz, de bananes et miel ...

Un groupe de jeunes lave le zébu avec de l'eau sacré (rahno-mahry) afin de le purifier.

Les offrandes sont prêtes : rhum, riz, miel, cigarettes, le tout déposé sur un petit autel destiné aux ancetres.

Les enfants s'habillent de leurs plus beaux habits, l'exitation est au maximum, les anciens du village prépare alors le JORO.

 

Le JORO est une cérémonie traditionnelle malgache au cour de laquelle un zébu (Aomby) est sacrifié. Ce rituel permet d'attirer les faveurs des ancêtres. Durant cette fête les villageois se parent d'un lamba traditionnelle (tenue vestimentaire malgache ). Avant le sacrifice, un attroupement se forme autour du zébu, puis on demande aux ancêtres d'exaucer tous les voeux souhaités par les villageois à l'école MADILO. Cet aussi le moment ou le village vous remercie de ce don inespéré qu'est l'accès à l'éduction.

L'endroit ou le zébu sera sacrifié est préalablement choisi et nettoyé par le sage du village. A cet endroit le sang du zébu s'écoulera lors du sacrifice. Le terrain de l'école sera à jamais considéré comme sacré. Le zébu est allongé par terre et ses pattes sont attachées avec de la corde. Le sacrifice se déroule avec un grand respect des rituels. Il est ensuite partagé en différents points du village pour y etre cuisiné.

Les enfants sont servis en premiers, suivis des anciens, et le reste est servi au reste des villageois. Aujourd'hui les cornes du zébu ornent l'arbre situé à coté de l'école en guise de protection de prosperité et de pérénité.

Emotion, joie, chants, danses traditionnelles, histoires, prières, sons de vahlia, d'accordéon, de djumbé ,de tambours, couleurs : tout se mêle.

Ce weekend du 15 et 16 octobre 2011 restera dans les mémoires et les glandes lacrymales auront été largement sollicités en cette occasion ...

INOUBLIABLE !!!!!